Mots et expressions bibliques

Retrouvez ou découvrez 271 mots et expressions contenus dans la Bible ou plus généralement dans la tradition religieuse et la superstition populaire. (avec un sens parfois éloigné voire opposé à la pensée biblique initiale)
Classées par ordre alphabétique, ces expressions sont accompagnées d'une courte réflexion et illustrées par des passages bibliques mentionnés en italique.

On n'honore pas ceux qui ne font pas ce qu'on est en droit d'attendre d'eux

Ce proverbe emploie trois mots connotés par la tradition chrétienne: saint, miracle et encens.

Les saints sont, dans les textes bibliques, les membres des églises :

Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres (Philippiens 1:1)

Le statut de «saint» est aussi un but; les membres des églises sont ainsi appelés parce que l'auteur des épîtres les voit, non comme ils sont effectivement, c'est-à-dire imparfaits, comme au bout de leur parcours, à la fin de leur perfectionnement qui est la quête de tout chrétien.

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ (Ephésiens 4:11)

Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. (Hébreux 12:14)

Les miracles existent mais ils sont le fait de Dieu lui-même; même si, parfois, il utilise des hommes comme moyen de les réaliser car Il a pour plan de rendre les humains participants de ses projets: ce sont Dieu et Moïse qui ont ouvert la Mer Rouge même si Moïse n'aurait rien pu tout seul et si Dieu n'avait pas besoin de Moïse pour le faire.

Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul (Actes 19:11)

Dans tous les cas, les miracles ne sont jamais l'essentiel et ne signifient rien quant à la «sainteté» de celui par lequel ils sont opérés:

Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. (Matthieu 7:22)

Faire brûler de l'encens est un des paramètres des offrandes de la loi juive:

Tu verseras de l’huile dessus, et tu y ajouteras de l’encens; c’est une offrande. (Lévitique 2:15)

Cette pratique n'est pas strictement juive, les nations environnantes pratiquaient aussi de cette manière et, lorsque les juifs se détournaient du Dieu unique, ils avaient aussi cette pratique.

Les mages qui sont venus honorer l'enfant Jésus lui en ont apporté aussi.

Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. (Matthieu 2:11)

Brûler de l'encens est donc un geste honorifique; la lecture chrétienne des textes rapproche cet acte matériel de la vie du croyant qui, par l'exercice de sa charité, la recherche d'une existence à l'image de celle du Christ, fait de sa vie un parfum, une offrande que Dieu apprécie.

... et marchez dans la charité, à l’exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur. (Ephésiens 5:2)

Dernière révision : déc. 2018
Jésus a dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. » – évangile de Luc chapître 21 verset 33